Le Chemin de fer de Saint-Eustache (1881-1882)



Historique :

Le Chemin de fer de Québec, Montréal, Ottawa et Occidental (Q.M.O.O.) opère déjà le train qui va de Sainte-Thérèse à Saint-Jérôme ainsi que celui qui passe au Nord de Saint-Eustache depuis plus de cinq ans lorsque s'organise le projet de relier Sainte-Thérèse à Saint-Eustache puis à Saint-Joseph-du-Lac.

La compagnie du Chemin de fer de Saint-Eustache est formée en 1881 par Charles-Auguste-Maximilien Globensky, époux de l'héritière de la seigneurie de la Riviè-du-Chêne, Daniel-Adolphe Plessis-Bélair, marchand du village de Saint-Eustache, et par Jean-Baptiste Renaud, commerçant de Montréal puis de Québec et ancien administrateur de la Compagnie du chemin de fer de la Rive-Nord et de plusieurs compagnies de navigation. L'avocat Charles-Louis Laplante dit Champagne, député provincial des Deux-Montagnes, et le notaire Cyrille Handegrave dit Champagne, tous deux de Saint-Eustache, font aussi partie de l'organisation.

L'achat des terrains entre Sainte-Thérèse et Saint-Eustache est réalisé en 1881 et la construction a déjà débuté lorsque le Gouvernement provincial décide de vendre le Q.M.O.O. à la compagnie du Canadien Pacifique. Le contrat prévoit la vente des lignes reliant Québec à Saint-Martin, Montréal à Saint-Jérôme et Sainte-Thérèse à Hull. Une clause prévoit cependant que le C.P. acquérera aussi de leurs propriétaires respectifs le Chemin de fer de Saint-Eustache et le Chemin de fer des Laurentides, qui opère la ligne entre Sainte-Thérèse et Saint-Lin.

C'est donc le Canadien Pacifique qui termine la construction de la voie vers Saint-Eustache et qui inaugure, en 1882, le service de deux gares, Chicot et Saint-Eustache. L'allongement de la voie de Saint-Eustache à Saint-Joseph-du-Lac ne sera cependant jamais réalisé.

Durant les années 1930, le CP fait plusieurs tentatives pour fermer cette ligne devenue déficitaire. Au début de l'année 1940, la Commission des transports du Canada finit par acquiescer à la requête de la compagnie et le dernier train circule le 27 avril 1940.

Gares :
  • Chicot
  • Saint-Eustache

  • Législation :
  • Québec, 44-45 Victoria, chap. 2, Acte concernant le Chemin de fer de Québec, Montréal, Ottawa et Occidental et la ratification de certains arrangements qui s'y rapportent, article 16, 30 juin 1881.
  • Québec, 45 Victoria, chap. 19, Acte pour décréter et confirmer la vente de cette partie du chemin de fer de Québec, Montréal, Ottawa et Occidental s'étendant de Montréal à Saint-Jérôme, Aylmer et la cité d'Ottawa, 1er mai 1882. L'appendice C reproduit le contrat de vente de la Compagnie du chemin de fer de Saint-Eustache à la Compagnie du chemin de fer canadien du Pacifique.

  • Références :
  • Grignon, Claude-H., «Le Chemin de fer de Saint-Eustache», dans La Revue des Deux-Montagnes, numéro 4, juin 1996, pages 47 à 67.
  • Malsburg, W.J.J., Rapport sur l'embranchement de chemin de fer projeté de St. Eustache la jonction de Ste. Thérèse, Montréal, Compagnie d'imprimerie canadienne, 1878.

  • Iconographie :

    Vers 1915

    Vers 1930

    Vers 1940
     






    Accueil

    Les nouveautés

    Pour nous rejoindre



    Le patrimoine ferroviaire
    des Laurentides