Le Chemin de fer de colonisation de Montfort (1890-1898)
Le Chemin de fer de colonisation de Montfort et de Gatineau (1898-1903)



Historique :

C'est un groupe de financiers montréalais francophones, menés par Joseph Brunet, qui met sur pied en avril 1890 la Compagnie du chemin de fer de colonisation de Montfort. L'objectif est de relier une des voies du Canadien Pacifique, soit à partir de Lachute, de Saint-Jérôme ou de Saint-Sauveur, au canton d'Arundel, en passant par le village de Montfort. Les travaux débutent en 1892. Un voie à gabarit étroit («narrow gauge»), qui permet des pentes et des courbes plus prononcées, est construite à partir d'un point appelé «Jonction Montfort», situé près de la gare de Saint-Sauveur (renommée plus tard Piedmont) et l'inauguration d'une première section de dix milles a lieu deux ans plus tard, en 1894. L'année suivante, le service atteint Montfort. À partir de 1896, des travaux sont entrepris pour convertir la voie au gabarit standard et en 1898, le terminus d'Arundel est inauguré. La même année, le nom de la compagnie est modifié en «Montfort et Gatineau», avec l'ambition déclarée de poursuivre la voie jusqu'à la vallée de la rivière Rouge puis, éventuellement, la vallée de la Gatineau.

En 1895, les actionnaires principaux vendent le chemin de fer à deux investisseurs, James McNaught, propriétaire d'un chemin de fer au Manitoba, et H.H. Melville, un financier de Boston. Ceux-ci tentent alors de le revendre au Grand Tronc mais les négociations échouent. Ils acceptent alors en 1903 l'offre du Grand Nord, contrôlé par William Mackenzie et Donald Mann, aussi propriétaires du Canadian Northern Railway. En 1906, le Grand Nord est amalgamé au Canadian Northern.

C'est à ce moment qu'une nouvelle voie est construite entre Saint-Jérôme et Saint-Sauveur, pour relier l'ancienne voie du Montfort aux autres lignes du Canadian Northern, situées plus au Sud. En 1918, la faillite du Canadian Northern force le Gouvernement canadien à le racheter, pour le fusionner au Chemin de fer Intercolonial et au Chemin de fer du Gouvernement, pour former le Canadien National, auquel viendra se greffer le Grand Tronc en 1923.

En 1924, la voie est allongée d'Arundel à Saint-Rémi-d'Amherst, afin de desservir les installations minières qui s'y sont établies. En 1962, la voie est entièrement abandonnée entre Saint-Jérôme et Saint-Rémi. L'emprise qui va de la «Côte à la boucane», au Nord de Saint-Jérôme, jusqu'à Saint-Sauveur servira à la construction de l'autoroute des Laurentides (A-15), alors que la section située à l'Ouest de Saint-Sauveur servira notamment à l'élargissement de l'actuelle route 364.

Gares :
  • Saint-Sauveur
  • Christieville
  • Morin-Heights
  • Lac Chevreuil
  • Montfort
  • Laurel
  • Lac des Seize-Îles
  • Lac des Pins (Pine Lake)
  • Weir
  • Arundel
  • Huberdeau

  • Législation :
  • Québec, 53 Victoria, chap. 107, Loi constituant en corporation «La compagnie du chemin de fer de colonisation de Montfort», 2 février 1890.
  • Québec, 54 Victoria, chap. 88, Acte concernant certains subsides à des compagnies de chemins de fer et autres, 30 décembre 1890.
  • Québec, 61 Victoria, chap. 75, Acte concernant la Compagnie du chemin de fer de colonisation de Montfort et pour en changer le nom en Compagnie du chemin de fer de colonisation de Montfort et de Gatineau, 13 juin 1898.
  • Québec, 63-64 Victoria, chap. 65, Acte concernant la Compagnie du chemin de fer de colonisation de Montfort et de Gatineau, 14 juin 1900.
  • Canada, 14-15 Georges V, chap. 14, Loi concernant la construction d'une ligne des Chemins de fer nationaux du Canada depuis l'extrémité de l'embranchement de China-Clay jusqu'à Saint-Rémi-d'Amherst, dans la province de Québec, 19 juillet 1924.

  • Références :
  • --, «Le chemin de Montfort», dans Le Nord, 5 mai 1892, page 2.
  • --, «À Montfort», dans Le Nord, 3 novembre 1893, page 1.
  • --, «L'inauguration du chemin de fer de Montfort», dans Le Nord, 31 octobre 1894, pages 1 à 3.
  • --, «Une belle oeuvre de colonisation», dans Le Monde illustré, 14 octobre 1899, pages 369 et 372.
  • --, «À Saint-Jérôme», dans La Nation, 11 octobre 1902, page 7. [Achat du Montfort & Gatineau par le Grand Nord]
  • --, «Feu M. Jos. Brunet», dans La Patrie, 18 avril 1904, page 1.
  • --, «Déraillement à Huberdeau», dans La Patrie, 1er septembre 1908, page 5.
  • --, «La Commission des transports approuve l'abandon de la ligne du CN St-Jérôme-Lac Rémi» et «Une histoire de 72 ans s'achève», dans L'Écho du Nord, 23 mai 1962, pages 25 et 35-36.
  • --, «Le CN autorisé à abandonner sa voie ferrée de Saint-Jérôme à Saint-Rémi-d'Amherst», dans L'Avenir du Nord, 23 mai 1962, page 1.
  • Lavallée, Omer, Narrow gauge railways of Canada, Montréal, Railfare Books, 1972, page 48.
  • Murphy, M. Peter, «Trains up north : Canadian National Railways», dans Canadian Rail, nos 284 et 287, septembre et décembre 1975.
  • Regehr, T.D., The Canadian Northern Railway, Toronto, Macmillan, 1976.
  • St-Germain, Émile, «Histoire du chemin de fer "Ligne laurentienne"», dans Cahiers d'histoire des Pays-d'en-Haut, no 3, automne 1979, pages 22-25.

  • Iconographie :

    1899

    1899

    Vers 1900

    1902-03






    Accueil

    Les nouveautés

    Pour nous rejoindre



    Le patrimoine ferroviaire
    des Laurentides