Nom :

Maison Charles Robertson

Adresse :
 

8865, côte Saint-Vincent
Mirabel (Sainte-Scholastique)

Terrier :
 

Terre 389, Seigneurie du Lac des
Deux-Montagnes

Cadastre (1877) :
 

Lot 326, cadastre de la Paroisse de
Sainte-Scholastique

Cadastre (2000) :

Lot 1 847 372, cadastre du Québec

Date de construction :   

Après 1871 ?


Historique de l'immeuble

La terre dont fait partie cet emplacement a été concédée en deux parties en 1781 et en 1788 à Jean-Baptiste Labrosse dit Raymond, d'abord pour sa partie située su Sud-Ouest (vers Saint-Benoît) puis pour la plus petite section située près de la rivière. En 1808, la terre est acquise par Joseph Beautron dit Major et son épouse Suzannah Fairbank.

Un marchand de Saint-Benoît, Joseph Fortier père, acquiert ensuite la terre en 1847. Il désire «installer» son fils Joseph et son gendre François-Xavier Brazeau comme marchands. Il leur vend donc l'emplacement tiré de la terre en 1856. C'est probablement à ce moment qu'un premier commerce fait son apparition à la droite de la maison actuelle. Trois ans plus tard, Brazeau rachète la part de son beau-frère. En 1871, le commerce est acheté par Charles Robertson, un marchand de Sainte-Monique, qui vient alors s'établir à la côte Saint-Joachim. Il conserve le commerce jusqu'à son décès en 1889.

Quoique nous n'en ayons pas la certitude absolue, nous croyons que c'est Charles Robertson qui aurait construit la maison après 1871. À tout le mois, il a peut-être remanié une maison antérieure en lui ajoutant notamment les lucarnes caractéristiques.

Références

  • Lemire, Jonathan, Portraits de Patriotes 1837-1838, Montréal, VLB Éditeur, 2012, page 56.
  • Messier, Alain, Dictionnaire encyclopédique et historique des Patriotes 1837-1838, Montréal, Guérin, 2002, pages 34-35.