Nom :

La maison de Paul Brazeau

Adresse :
 

9021-9029, rue Saint-Étienne
Mirabel (Saint-Benoît)

Cadastre (1877) :

Lot 299, cadastre de Saint-Benoît

Cadastre (2000) :

Lot 1 555 704, cadastre du Québec

Date(s) de construction :   

Vers 1840-1850


Historique de l'immeuble

Cette maison est celle de Paul Brazeau, Patriote de 1837. Il est né le 28 mars 1789 à Saint-Eustache, fils de Paul Brazeau et de Julie Givoque. Le 17 janvier 1814, il épouse Angélique Gosselin à Saint-Benoît et s'y installe.

Lorsqu'éclatent les événements de 1837, il est aubergiste. Nous pouvons supposer que son auberge était située sur ce site car en 1875, sa seconde épouse dira qu'il était propriétaire du lieu depuis plus de quarante ans. De nombreux témoignages font état de son implication dans le mouvement Patriote. Le soir du 16 décembre, sa maison brûle comme toutes celles du village. Il adressera plus tard une réclamation au Gouvernement pour la somme de 208 livres 8 sols. En 1839, il est devenu huissier à Saint-Benoît.

En 1852, à l'âge de 63 ans, il se marie une seconde fois avec Léocadie Martel. Au moment où il fait son testament en avril 1873, il indique qu'il est greffier de la Cour Supérieure. Il décède le 21 avril 1873, à l'âge – vénérable pour l'époque – de 84 ans. Sa veuve vend la maison deux ans plus tard.

Références

  • Laporte, Gilles, Patriotes et Loyaux, Sillery, Éditions du Septentrion, 2004, page 288.